Le Presbytère

 
   Le presbytère de Fanlac tient sa célébrité du roman d'Eugène le Roy, Jacquou le Croquant.
Il n'en demeure pas moins un bel exemple de l'architecture périgourdine.

   Le presbytère de Fanlac est une grande maison construite en pierres locales. Deux niveaux sont couverts d'un haut toit de lauze. Sur un côté, à l'étage, une porte laisse supposer des remaniements. Un petit corps de bâtiment est accolé au massif logis principal.
Dans Jacquou le Croquant, le presbytère est assimilé à la maison du bon curé Bonal, qui recueille Jacquou orphelin et l'élève comme son fils.

   Profitant de la renommée du village, suite au téléfilm, le presbytère est restauré dans les années 1970. Il sert actuellement de salle des fêtes pour le village.